Flux RSS

Archives de Tag: famille

#50 Cantique des plaines

TITRE: Cantique des plaines

AUTEURE: Nancy Huston

Cantique des plaines est l’histoire de la famille Sterling. La narratrice, Paula, récupère le journal personnel de son grand-père Paddon suite à la mort de celui-ci. Malheureusement, plusieurs parties sont indéchiffrables. Paula décide donc d’imaginer la vie de son grand-père et de construire un récit autour des quelques éléments qu’elle a pu récupérer dans le journal.

Ancré dans la province canadienne de l’Alberta vers la fin du 19e siècle et le début du 20e, le récit nous transporte dans le Canada des cowboys et des indiens. Paddon est le fils de pionniers venus coloniser l’ouest du pays. Ils vivent sur une ferme au milieu des champs infinis. Il vivra une enfance pauvre, avec un père alcoolique. Il connaîtra même la première édition du fameux Stampede de Calgary! En vieillissant, Paddon devient enseignant, se marie et a 3 enfants. Sa petite-fille Paula imagine la vie familiale de l’époque. Le coeur de Paddon est chamboulé par la venue dans sa vie de Miranda, métis et mère monoparentale, qui deviendra sa maîtresse.

« Meurtri par les attentions de ton père en ces fins d’après-midi pénibles, tu attendais avec impatience que la voix de ta mère décrive son arc au dessus de l’étendue plate entre la maison et le corral pour te convoquer à ta demi-heure de piano. Elle va en faire une tapette! grommelait ton père à l’intention des cow-boys tandis que tu te faufilais: Lui foutra des jupes bientôt, si je fais pas gaffe. Et il redoublait ses efforts pour t’endurcir. »

« Quand j’avais six ans, me hissant à tes côtés sur le banc du piano, tu m’as raconté l’histoire du chat de Scarlatti. Un jour, Paula, dis-tu, le chat de Scarlatti a traversé délicatement le clavier du clavecin, posant ses pattes de façon à la fois précise et aléatoire, tout les cinq demi-tons environ, et le musicien a composé une fugue avec la mélodie ainsi produite. Voilà, conclus-tu: ça c’est l’amour. »

Un superbe roman qui nous transporte dans un monde qui semble tellement éloigné, différent, comme s’il s’agissait d’un pays lointain. Et pourtant…on ressent un étonnement face au courage que manifestait les pionniers. Imaginez, quitter son Europe natale pour aller vivre au fin fond d’un champ perdu en Alberta avec l’espoir d’une nouvelle vie! Nancy Huston maîtrise à la perfection son style d’écriture et réussit à nous faire vivre une aventure bien spéciale.

#49 El volumen de la ausencia

TITRE: El volumen de la ausencia

AUTEUR: Mercedes Salisachs

Bien que je parle couramment l’espagnol et l’anglais, il reste un petit défi à lire des romans dans ces langues. Je comprends à 99%, mais j’avoue que je dois parfois sortir le dictionnaire! C’est comme ça qu’on apprend et qu’on acquiert du vocabulaire! Alors voilà un autre beau défi, le livre #49 de l’auteure barcelonaise Mercedes Salisachs. On peut le trouver en français si ça vous intéresse.

On y raconte l’histoire d’une femme, Ida, qui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer. S’ensuit une rétrospective de sa vie; ses enfants, son mari, son petit monde, mais surtout de son grand amour avec Juan. Juan est un peintre célèbre et aussi l’amant d’Ida. Elle en est éperdument amoureuse, mais à l’époque en Espagne le divorce n’était pas encore permis et encore moins accepté. Elle ne se résout pas à laisser son mari et ses enfants.

Ida se souvient de leurs premières rencontres, de leurs nuits passées à parler de tout et rien, d’un amour infini et si beau. Plusieurs événements ont conduits à la séparation des deux amants et c’est 12 ans plus tard qu’Ida apprend la mauvaise nouvelle: l’horrible cancer. Elle décide donc de retourner voir Juan et de vivre ses derniers mois avec lui. L’histoire tourne donc autour des souvenirs d’Ida et de son cheminement vers la maison de Juan. Au cours du récit, plusieurs intrigues se préparent et on apprend les secrets étonnants de la famille.

Un récit très beau, poétique sur la mort, l’amour, la famille…Salisachs a un style d’écriture très intéressant, différent surtout. Une ambiance de mélancolie s’empare du lecteur, un peu de tristesse aussi, mais parfois une pointe de joie, de beauté dans cette histoire espagnole.

#39 How the Garcia girls lost their accents

TITRE: How the Garcia girls lost their accents

AUTEURE: Julia Alvarez

Le premier livre de cette auteur d’origine dominicaine est un classique très connu aux États-Unis. Pour ma part, j’ai fait une grande découverte, car je n’avais jamais entendu parler de cette auteure ni de ce livre.

On y raconte l’histoire de 4 soeurs: Sandra, Carla, Yolanda et Carla. Le récit étant établi sur un ordre chronologique inversé, le livre débute lorsque les soeurs sont des adultes. La famille vit alors aux États-Unis et on en apprend un peu plus sur les différentes personnalités qui composeront l’histoire. En plus des 4 soeurs, on suit aussi le père et la mère, mais au travers des yeux de leurs filles. Chacune leur tour, les soeurs prendront en charge la narration, de cette façon, nous suivons l’histoire via plusieurs points de vue.

On se transporte ensuite vers les années d’adolescence des 4 soeurs. Surtout, cette partie du livre raconte l’arrivée de la famille aux États-Unis et les multiples difficultés auxquelles ils auront à faire face en tant que nouveaux immigrants. En plus de l’apprentissage d’une nouvelle langue, les jeunes filles feront face à un choc culturel et seront victimes de racisme.

La troisième partie du livre remonte à l’enfance des soeurs en République Dominicaine.Vivant à l’époque avec toute leur famille élargie sur une grande propriété, elles étaient chouchoutées par une armée de domestiques. Dans leurs yeux d’enfants, on voit tranquillement se tramer les graves problèmes qui mèneront la famille à immigrer. En effet, leur père et oncles font partie d’un réseau visant à destituer le dictateur Trujillo du pouvoir.

En somme, un livre très intéressant qui nous apporte un point de vue intérieur sur les difficultés de l’immigration. C’est aussi une belle épopée familiale remplie de personnages attachants.

Julia Alvarez a par la suite publié plusieurs autres livres qui semblent être très intéressants: Julia Alvarez’s books

%d blogueurs aiment cette page :