Flux RSS

Archives de Tag: canada

#52 La déesse des mouches à feu

TITRE: La déesse des mouches à feu

AUTEURE: Geneviève Pettersen

Premier roman de la blogueuse Madame Chose, de son vrai nom Geneviève Pettersen, La déesse des mouches à feu raconte l’histoire de Catherine, une adolescente vivant à Chicoutimi dans les années 1990. La jeune fille vit une période difficile où elle découvrira le sexe, la drogue, l’amour et la mort. Pettersen ne donne pas dans la dentelle! On sort complètement des clichés de livres pour adolescent; ici la vie est dure. Catherine fera ses premières expériences avec ses amis et elle devient vite accro à la mescaline. Ses parents ont perdus le contrôle…Les premiers baisers, le premier petit ami, les chicanes avec ses parents, Catherine vit amplement d’action pour remplir un roman!

Le plus intéressant de ce livre est le langage utilisé. En effet, l’auteur a insisté pour utiliser non seulement du français québécois, mais en plus elle emploie des expressions typiques de la région du Saguenay. Même moi, je ne comprenais pas toujours le sens complet des expressions! Mais on comprend toujours le contexte et l’idée générale. J’ai trouvé que cela a ajouté beaucoup de couleur à l’histoire. Sans jamais être vulgaire, on s’approche plutôt de la réalité, du parler quotidien des Québécois.

« En arrivant au chalet, je braillais pis j’étais bouette jusqu’aux genoux. J’étais fâchée après lui. Je l’ai traité de fou pis je lui ai dit qu’il était vraiment méchant. Mon père a pas pogné les nerfs. Il m’a dit de me résumer pis vite. J’étais plus une enfant pis fallait que je me comporte comme une adulte astheure pis que j’arrête de m’inventer des histoires. »

 » Le gars a eu l’air d’astucer que j’étais pas une pisseuse, pis il a mis le film dans un sac de plastique blanc avec Servidéo marqué en bleu dessus.  »

Un excellent roman à lire absolument! Ça finit bien l’année!

Publicités

#50 Cantique des plaines

TITRE: Cantique des plaines

AUTEURE: Nancy Huston

Cantique des plaines est l’histoire de la famille Sterling. La narratrice, Paula, récupère le journal personnel de son grand-père Paddon suite à la mort de celui-ci. Malheureusement, plusieurs parties sont indéchiffrables. Paula décide donc d’imaginer la vie de son grand-père et de construire un récit autour des quelques éléments qu’elle a pu récupérer dans le journal.

Ancré dans la province canadienne de l’Alberta vers la fin du 19e siècle et le début du 20e, le récit nous transporte dans le Canada des cowboys et des indiens. Paddon est le fils de pionniers venus coloniser l’ouest du pays. Ils vivent sur une ferme au milieu des champs infinis. Il vivra une enfance pauvre, avec un père alcoolique. Il connaîtra même la première édition du fameux Stampede de Calgary! En vieillissant, Paddon devient enseignant, se marie et a 3 enfants. Sa petite-fille Paula imagine la vie familiale de l’époque. Le coeur de Paddon est chamboulé par la venue dans sa vie de Miranda, métis et mère monoparentale, qui deviendra sa maîtresse.

« Meurtri par les attentions de ton père en ces fins d’après-midi pénibles, tu attendais avec impatience que la voix de ta mère décrive son arc au dessus de l’étendue plate entre la maison et le corral pour te convoquer à ta demi-heure de piano. Elle va en faire une tapette! grommelait ton père à l’intention des cow-boys tandis que tu te faufilais: Lui foutra des jupes bientôt, si je fais pas gaffe. Et il redoublait ses efforts pour t’endurcir. »

« Quand j’avais six ans, me hissant à tes côtés sur le banc du piano, tu m’as raconté l’histoire du chat de Scarlatti. Un jour, Paula, dis-tu, le chat de Scarlatti a traversé délicatement le clavier du clavecin, posant ses pattes de façon à la fois précise et aléatoire, tout les cinq demi-tons environ, et le musicien a composé une fugue avec la mélodie ainsi produite. Voilà, conclus-tu: ça c’est l’amour. »

Un superbe roman qui nous transporte dans un monde qui semble tellement éloigné, différent, comme s’il s’agissait d’un pays lointain. Et pourtant…on ressent un étonnement face au courage que manifestait les pionniers. Imaginez, quitter son Europe natale pour aller vivre au fin fond d’un champ perdu en Alberta avec l’espoir d’une nouvelle vie! Nancy Huston maîtrise à la perfection son style d’écriture et réussit à nous faire vivre une aventure bien spéciale.

#16 La fiancée de la Nouvelle-France

ImageTITRE: La fiancée de la Nouvelle-France

AUTEURE: Suzanne Desrochers

La fiancée de la Nouvelle-France est un roman de Suzanne Desrochers. On y raconte l’histoire de Laure Beauséjour, jeune fille qui vit à Paris à la Salpêtrière, hôpital où sont accueillies les orphelines, les folles et les prostituées. Laure et son amie Madeleine son envoyées en Nouvelle-France  en 1669 comme « filles du Roi » afin d’épouser des colons français. Ne connaissant de la Nouvelle-France que les rumeurs sur le froid et les conditions de vie difficiles, les deux amies partent avec la peur au ventre. Après une difficile traversée de l’Atlantique, elle arrive enfin à Ville-Marie, nouvel établissement des colons français. Laure épouse un ancien soldat et part vivre à la Pointe-aux-Trembles. Elle rencontre également un Iroquois, Deskaheh, avec qui elle vivra toutes sortes d’aventures. Ce roman est envoûtant, car il nous plonge dans l’époque de la colonisation de la Nouvelle-France. On comprend alors les conditions extrêmes dans lesquelles vivaient les colons. Les personnages sont colorés sans être exagérés. Ce que j’ai le plus apprécié du livre, c’est qu’on sort des clichés et que l’auteure n’a pas tenté de rendre plus rose l’histoire de Laure et ses compatriotes.

%d blogueurs aiment cette page :