Flux RSS

Archives de Catégorie: blog

Bonne année 2015!

Montreal from the docks by Barbroute

Tout d’abord, je souhaite prendre un moment pour vous souhaiter à tous un bon début d’année 2015! Que cette nouvelle année soit remplie de belles découvertes!

J’hésite depuis longtemps sur la nature du défi que je veux me donner pour 2015. D’un côté, je veux continuer et même corser un peu le tout; d’un autre côté je veux maintenir la liberté que j’ai pour le choix de mes lectures. Ahhhh, c’est dur la vie parfois hihi!

J’ai décidé de refaire le défi d’un livre par semaine, mais attention! Sur un total de 52 livres, il devra y avoir au moins 30 œuvres d’auteurs québécois. Je me rends compte que des centaines de trésors sont publiés chaque année chez nous.Je veux les découvrir et, grâce à mon humble petit blogue, les faire rayonner. J’ai déjà une liste à laquelle je pense bien ajouter vos suggestions!

Après une razzia à la friperie du coin, j’ai trouvé 8 livres pour 15$! Mon petit budget ne me permets pas d’acheter les livres à plein prix alors je trouve cette option intéressante. Je sais, je sais… la bibliothèque c’est gratuit, mais honnêtement j’aime posséder les livres pour avoir la liberté de les commencer et les finir quand je veux. En plus, une fois que je les ai lus, ils ne restent pas à prendre la poussière chez moi. Je prête mes livres aux gens autour de moi ou les donne à des organismes locaux.

Donc, une belle année en perspective devant moi! Je l’avoue, je suis vraiment en retard sur mon blogue. J’ai déjà plusieurs livres à mon actif cette année, mais je n’ai pas encore eu le temps d’écrire le résumé. Ça viendra dans les prochains jours!

Défi réussi!

Magic Book by MikoeleDéfi complété, réussi, 100%, youpi!

En janvier dernier, ma collègue Angèle m’avait fait remarqué que je lisais beaucoup et que je serais probablement capable de lire une livre par semaine. J’ai aimé l’idée et ai donc décidé de me lancer dans le grand défi lecture de l’année 2014. L’objectif: lire 52 livres durant l’année! Eh bien, je suis très fière d’annoncer que j’ai réussi!

Ce fut une année pleine de belles découvertes et je dois prendre un moment pour remercier mes pushers de livres: Louise, Diane et ma maman. Merci de m’avoir donné accès à vos bibliothèques et de m’avoir amené à lire des livres différents!

Certains d’entre vous le savent, ça n’a pas été facile. Effectivement, mon année a été entrecoupée par 5 opérations aux yeux qui m’ont obligé à prendre plusieurs jours de repos à chaque fois. En septembre, j’ai aussi recommencé les études. La gestion du temps a donc rendu mon défi un peu plus corsé!

En somme, une année bien spéciale:

40 livres en français (dont 14 québécois!)

8 en anglais

4 en espagnol

Je compte bien renouveler l’expérience en 2015, mais je suis à la recherche d’un nouveau défi. Avez-vous des idées?

p.s: les belles images proviennent du site Deviant Art, vous pouvez consulter le profil des artistes en cliquant sur les photos.

The Book by zancan

Une P’tite vite étonnante

Une belle découverte grâce au blog Les Petites Manies; le site web de P’tite vite.

On me dit souvent: « Moi je n’ai pas le temps de lire, je suis trop occupé, j’ai autre chose à faire…. » Eh bien, fini les excuses! P’tite vite propose des textes courts et punchés, des mini-histoires accompagnées de photos ou d’illustrations d’artistes d’ici. Moins de 5 minutes par texte, c’est promis! Certains sont plus poétiques, d’autres joyeux, tristes, on trouve de tout!

Mon texte préféré? L’artisan du temps. Mignon, original, bien écrit, rafraichissant.

Liseuse vs livre papier: le retour

Un intéressant article d’Elisa Tixen, écrivaine et blogueuse, m’a permis d’apporter une nouvelle lumière sur le combat intérieur que je vis entre la liseuse électronique et les livres papiers (voir mon article Papier or not papier).

Il existe effectivement beaucoup de fonctionnalités dont je n’ai pas parlé dans mon article. Pour ma part, je souhaitais surtout me concentrer sur le côté sentimental du choix à faire. Mais Elisa présente aussi les avantages techniques de la liseuse, comme le dictionnaire intégré que j’utilise beaucoup, car je lis en français, anglais et espagnol et il y a parfois des termes que je ne comprends pas bien. De mon côté, je n’utilise pas beaucoup les autres fonctions comme l’annotation ou le surlignement sauf si un extrait en particulier m’intéresse fortement.

Je vous invite donc à aller son article sur le sujet. Et pour ceux qui pensent à ajouter la liseuse sur leur liste pour le Père Noël, informez-vous pour faire le bon choix! J’ai une liseuse de Kindle, jusque là tout va bien, mais il y a très peu de livres récents en français disponibles. Si vous lisez aussi l’anglais, excellent choix! Sinon, il vaut la peine de magasiner plus.

« 13 à table ! »…. Restos du Coeur.

Treize nouvelles sur le thème du repas écrites à la demande de l’association Les Restaurants du Coeur par des écrivains français tels que Bernard Werber, Pierre Lemaître, Eric-Emmanuel Schmitt ou Marc Lévy . En vente au Québec dans toute les grande librairies!

Papier or not papier

J’ai longtemps hésité avant de me procurer un lecteur numérique (liseuse). Je dois avouer que j’étais réfractaire à cette technologie. Pourquoi? C’est vraiment une question sentimentale. J’aime l’odeur des livres. J’aime acheter un livre usagé et voir les notes manuscrites que l’ancien propriétaire y a laissé. J’aime le sentiment de satisfaction qu’on ressent lorsqu’on termine une grosse brique (chose qu’on ne ressent pas en finissant un gros livre sur la liseuse, je sais, j’ai essayé). J’aime voir les détails dans la couverture.

 Je me suis tout de même résolue à me procurer une liseuse (merci Sarah!). Principalement pour des raisons pratiques, c’est un bon achat : moins lourd, moins gros, moins cher. Par exemple, le dernier livre de Ken Follet en anglais se vend environ 25$ (42$ pour la version française) neuf en librairie. La version électronique varie de 18$ à 35$ selon les vendeurs et la langue. De plus, des centaines de livres sont accessibles de façon totalement gratuite ou à 15$ et moins.

 Certains prétendent que le livre électronique serait aussi plus écolo, car on n’utilise pas de papier, moins de transport, moins d’eau pour la transformation, etc. Les avis sont pourtant partagés à cet effet, car entrent dans la balance les matières premières, produits chimiques et durée de vie. Si ça vous intéresse d’en apprendre plus à ce sujet, consultez le site web de ConsoGlobehttp://www.consoglobe.com/livre-papier-vs-livre-numerique-lequel-est-le-plus-ecolo-cg/3

 Puisque j’utilise principalement le transport en commun pour me déplacer, la liseuse me permet de glisser des dizaines de livres dans mon sac à main. Pas de mal de dos, promis.

 En résumé, je pense que le choix est très personnel. Moi? J’ai opté pour le meilleur des deux mondes et j’alterne entre les livres papiers et électroniques selon le moment.

Old books - I feel like they contain a trace of every soul that they've touched, and that makes them magic.

Retour sur le livre #1 ou la belle histoire de Malala

Malala Yousafzai, la jeune pakistanaise dont l’histoire était racontée dans le premier livre de mon défi, a reçu aujourd’hui le prix Nobel de la paix. Elle devient ainsi la plus jeune récipiendaire du prestigieux prix en plus d’être la première pakistanaise à le recevoir. Pour plus de détails, je vous invite à consulter cet article de La Presse: Malala «fière» de recevoir le Nobel de la paix

Mon article sur le livre est ici: Moi, Malala je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans

Le premier coup de coeur

I'm gonna get this quote on my side. It's gonna be awesome.

En 1997, je n’étais qu’une petite fille âgée de 8 ans et ma vie s’apprêtait à être chamboulée. Personne ne pouvait alors se douter qu’un simple livre pour jeunes allait changer le monde. Cette année-là, Harry Potter à l’école des sorciers a été publié.

En apparence une simple histoire de magie, ce livre est, comme vous le savez tous, devenu un succès mondial. Pour moi et probablement des milliers (millions?) d’enfants dans le monde, ce fût la grande découverte: on peut aimer un livre au point où on ne pense qu’à ça et on refuse d’aller dormir pour pouvoir continuer à lire (j’ai lu en cachette de mes parents jusqu’à 3h du matin pour chaque parution d’un livre d’Harry Potter). Quelle est la formule magique (haha!) qu’emploient certains auteurs pour rendre leur oeuvre tellement accrocheuse?

Pour moi, toute la série Harry Potter a été mon premier coup de cœur littéraire. J’ai lu plus de 4 fois chaque tome sans jamais me lasser, en étant toujours aussi émerveillée par l’histoire, surprise par les tournants, j’ai pleuré, j’ai ri à chaque fois. Même après avoir vu les films. Bien sûr, ce phénomène de soif qu’on ressent quand on lit un livre de ce genre m’a frappé avec plusieurs autres romans. Mais on garde toujours un petit coin dans notre coeur pour notre premier amour. Je n’essaie pas ici de vous convaincre de lire la série de J.K Rowling (qui ne l’a pas déjà fait?), mais plutôt de parler de la naissance de l’amour de la lecture.

Même si ça fait de moi une geek, je m’assume totalement en tant que fan d’Harry Potter! Lumos!

14 Charts That Only Harry Potter Geeks Will UnderstandThe whole time I waited I sobbed uncontrollably. 14 Charts That Only Harry Potter Geeks Will Understand

La poésie des montagnes

IMG_0615IMG_0546

marti-yacente-615x461 (1)

De retour d’un voyage à Cuba, j’aimerais vous parler de la jolie histoire du Marti Yacente. José Marti est un poète et important révolutionnaire cubain. Il est considéré comme un héros national pour la guerre d’indépendance de Cuba envers l’Espagne. En plus de son importance politique, Marti est aussi très connu en Amérique latine pour son oeuvre littéraire.

On trouve dans la province de Pinar del Rio, une étrange oeuvre naturelle formée par plusieurs montagnes. Visible d’un endroit précis seulement, l’illusion est parfaite. On aperçoit alors un visage tourné vers le ciel qui ressemble étrangement à celui de Josée Marti: le front, le nez,la moustache et même la bouche sont presque identique! Mais la magie de l’histoire réside dans le fait que Marti a déclaré dans l’un de ses poèmes:

“No me pongan en lo oscuro       (Ne me mettez pas dans l’obscurité)
A morir como un traidor:             (pour mourir comme un traître)
¡Yo soy bueno, y como bueno     (Je suis bon et étant bon)
Moriré de cara al sol!”                (Je mourrai le visage tourné vers le soleil)

Le poète a donc connue la fin qu’il désirait, car bien que mort sur les champs de bataille, il repose aujourd’hui le visage tourné vers le soleil dans son pays natal.

Très connue à travers le monde entier, le premier couplet de la fameuse chanson Guantanamera serait d’ailleurs inspiré du poème Versos sencillos de José Marti.

Beaucoup de livres lus, encore beaucoup d’autres à lire!

Beaucoup de livres lus, encore beaucoup d'autres à lire!

Un gros merci à mes amis et collègues qui m’apportent des nouveaux livres! Vous me faites découvrir des nouveaux trésors à tous les jours!

%d blogueurs aiment cette page :