Flux RSS

#12 La bar-mitsva de Samuel

Image

TITRE: La bar-mitsva de Samuel

AUTEUR: David Fitoussi

Premier roman de l’auteur David Fitoussi, La bar-mitsva de Samuel est un récit qui a du mordant. Samuel, jeune garçon français, vient d’une famille d’origine juive qui décide un jour de déménager à Montréal. Le monde de Samuel est alors chamboulé.

« Ma mère n’avait pas le sens de l’orientation. Dans son esprit, si le Québec n’était pas à côté de la mer, c’était forcément pas très loin de Paris. Ce n’était déjà pas si mal pour quelqu’un qui croyait que la vitesse de la lumière est le temps qui sépare le jour de la nuit.»

À Montréal, il découvrira l’hiver et langage coloré des Québécois. Dans ses mots d’enfants, il décrit le climat du Québec:

« Au-delà [des six degrés sous le point de congélation], il devenait physiquement très difficile de réfléchir, sinon peut-être au suicide ou à des vacances en Floride […]. Cependant, au prix que coûtaient des vacances en Floride, je comprenais pourquoi  le Québec avait le taux de suicide chez les jeunes le plus élevé de la planète.»

Samuel entre dans l’adolescence et ses questionnements dans un Québec des années 1970 en plein chamboulement identitaire. Ce roman raconte non seulement l’histoire du petit Samuel, mais aussi celle d’une famille immigrante.

« Ce projet allait devenir la loi 101. Pour nous, petite famille française, c’était plutôt encourageant; nous pensions qu’avec une telle loi, les Québécois parleraient finalement le français.»

Je mets beaucoup d’extraits du livre, car ce que j’ai préféré c’est l’humour qui fait partie intégrante du roman. Le langage utilisé est cru, parfois vulgaire et raciste, mais c’est très bien écrit. On se sent vraiment dans la tête d’un enfant de 10 ans qui découvre le monde.

« Les Italiens mangeaient fièrement de la pizza, les Français des cuisses de grenouille, les Japonais du poisson cru, les vieilles de la purée, les Chinois des ragoûts de chow-chow, les Américains mangeaient beaucoup, les Éthiopiens ne mangeaient rien, chacun n’avait rien à y redire.»

En résumé, La bar-mitsva de Samuel est un livre qui va vous insulter, vous gêner, vous attrister, mais surtout, SURTOUT vous faire rire!

Publicités

"

  1. René Godin

    J`aime bien me faire insulter, gêner et attrister, moi aussi ça me fait rire. Tu me le prêtes?

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :